Miami Office
150 SE 2nd Avenue, Suite 704
Miami, FL 33131
United States

Possibilité d’un Melt-Up des marchés d’actifs américains ?

  • Posted by: Fabien

Vous pouvez retrouver cet article sur le site de Boursorama

 

Dans notre article publié en mars 2019 sur Boursorama, nous évoquions la possibilité d’un scénario de Melt-up, à savoir une forte évolution à la hausse des prix d’actifs boursiers (actions et obligations) d’entreprises américaines de premier rang. À l’époque, cette éventualité paraissait peu probable au regard de la politique monétaire restrictive menée par la Réserve Fédérale. En effet, cette institution poursuivait la réduction de son bilan en retirant la liquidité qu’elle avait apportée lors de ses programmes d’achats d’actifs 1, 2 et 3 (les Quantitative Easings). À cette contrainte monétaire s’ajoutaient des hausses de taux d’intérêt pour éloigner davantage la perspective de ce Melt-up. Mais depuis ce temps, la politique de la Fed a changé et, avec elle, les perspectives d’évolution des cours boursiers.

En faisant volte-face en 2019 dans sa politique monétaire, la Fed orchestre une hausse spectaculaire des prix d’actifs américains. Ses trois réductions de taux, accompagnées d’injections massives de liquidités dans son marché du Repo et saupoudrées d’achats d’obligations souveraines, contribuent largement à rassurer la planète finance, bousculée un an plus tôt. De plus, de nombreux investisseurs, écartés par sa politique régressive entre 2016 et 2018, recommencent à acheter. Ainsi, l’appétence pour des actifs boursiers américains revient en force et le sentiment des intervenants que la Fed fera le nécessaire pour soutenir ses marchés se confirme.

À cela s’ajoute la bonne santé financière de grandes entreprises privées américaines. Avec des poches désormais bien pleines, ces dernières contribuent à la hausse des cours boursiers à travers une distribution plus généreuse de dividendes ou le rachat de leurs propres actions, et parfois les deux. De plus, leurs trésoreries de guerre leur permettent de s’autofinancer sans devoir recourir nécessairement à l’emprunt. Par conséquent, les actifs obligataires d’entreprises de qualité se font aussi de plus en plus rares. Structurellement soutenus par l’entité elle-même, les actifs de ces sociétés se trouvent face à une demande croissante alors que l’offre se raréfie, ce qui constitue cocktail parfait pour de plus amples hausses à venir.

Si la Fed et les grandes entreprises américaines rassurent, qu’en est-il de la situation de la dette souveraine du pays ? Les déficits successifs des différents locataires de la Maison Blanche ne font que se creuser, s’ajoutant chaque année au gisement de dettes colossal de la nation. Pourtant, ces obligations trouvent toujours preneurs. Pour certains, le manque de dettes souveraines ailleurs les pousse à prendre des bons du Trésor américain. La Banque centrale européenne contrôle à elle seule 40% des obligations de cette nature dans l’eurozone. Au Japon, la situation est encore pire. Pour d’autres, en mal d’un retour positif, l’opportunité d’investir aux États-Unis sur des actifs en Dollars US, y compris la dette d’État, est une aubaine. Ainsi, les hausses des marchés américain se nourrissent aussi des flux de capitaux venant d’aillleurs.

Les hausses récentes des marchés américains reposent sur la politique monétaire de plus en plus accommodante de la Fed, la santé économique de ses champions et les flux de capitaux venant d’ailleurs. Maintenant, qu’en est-il d’un scénario de Melt-up ?

En tant que monnaie de réserve du monde, le Dollars US profite de l’avantage très particulier d’être la valeur refuge dans les situations d’incertitude planétaires. De plus, seuls les marchés boursiers américains demeurent suffisamment profonds pour accueillir une grande partie de l’épargne internationale, contrairement aux marchés refuges comme l’Or ou le Franc Suisse qui restent bien trop petits. Face à une éventuelle adversité géopolitique, sanitaire ou même financière nous pourrions donc assister à un engouement pour des actifs américains en Dollar. Alors, l’hypothèse d’un Melt-up pourrait bien se réaliser.

 

Colonne par Steven Groslin, Executive Board Member et Portfolio Manager chez ASG Capital.

Author: Fabien
This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.