Miami Office
150 SE 2nd Avenue, Suite 704
Miami, FL 33131
United States

Les taux d’intérêt négatifs, arme de destruction massive : Article Boursorama du 2 Mai 2019

  • Posté par : Fabien
Retrouvez cet article sur le site de Boursorama.
Alors que les taux d’intérêt d’actifs obligataires en Europe glissent de plus en plus en territoire négatif, nombreux sont ceux qui posent la question de l’efficacité d’une telle politique monétaire menée par les banques centrales européennes au regard de leur objectif annoncé de relance de l’activité économique.
Comme leur nom l’indique, les taux nominaux négatifs proposent ni plus ni moins la destruction de l’épargne dans le temps. Dans un système capitaliste, une politique financière qui détruit ainsi du capital est, par nature, un non-sens absolu.
Par ailleurs, cette politique met un certain nombre d’entités potentiellement en grande difficulté. Les caisses de retraite, par exemple, ne peuvent plus compter sur un retour de leurs investissements. Sans recettes nouvelles provenant d’une augmentation des cotisations, celles-ci pourraient ne plus être en capacité de faire face à leurs engagements croissants auprès de retraités actuels et futurs.
L’expérience japonaise démontre qu’une politique de taux d’intérêt bas peut même s’avérer contre-productive. Privés d’un retour sur investissement, les ménages du Pays du Soleil Levant ont été contraints de se constituer plus d’épargne afin d’assurer leurs besoins futurs. Collectivement, plus d’épargne équivaut à moins de consommation et, par là-même, moins d’activité économique dans le pays. De plus, des ressources financières à faible coût maintiennent artificiellement en vie des entreprises destinées à disparaitre au gré des cycles économiques. Telles des zombies, ces structures nourrissent une surcapacité de production qui entrave la réorganisation naturelle darwinienne de l’activité au bénéfice des entités les plus performantes, voire innovantes.
Enfin, les taux d’intérêt négatifs génèrent un déséquilibre dans la valorisation du risque au sein même des marchés financiers. Ainsi, les prix de certains actifs peuvent se trouver surestimés. Cet effet secondaire indésirable oblige les autorités financières japonaises, et désormais européennes, à maintenir leur artifice de taux d’intérêt négatifs. A défaut de quoi, elles s’exposent à des désordres financiers susceptibles d’engendrer à leur tour le ralentissement économique que ces mêmes banques centrales veulent à tout prix éviter amoxicilin koupit.
Destruction de capital, désorganisation économique, « zombification » de certains acteurs, déséquilibres financiers, interventions permanentes des banques centrales, tels sont les indices d’une politique de taux d’intérêt négatifs. A terme, cette dernière pourrait s’avérer néfaste pour ceux qui la pratiquent.
Column by Steven Groslin, Executive Board Member and Portfolio Manager at ASG Capital
Auteur : Fabien