Miami Office
150 SE 2nd Avenue, Suite 704
Miami, FL 33131
United States

Les réglementations bancaires aux oubliettes

  • Posted by: Fabien

Vous pouvez retrouver cet article sur le site de Boursorama

 

IFRS 9 (norme comptable), TLAC (Total Loss Absorbing Capacity), Leverage Ratio, MDA (Maximum Distribution Amount)… Voici quelques-unes des réglementations bancaires européennes mises en place  depuis 2008 pour prévenir les excès du passé.

Avec la survenue de la pandémie sanitaire en 2020, ces règles ont été vite suspendues, considérées comme trop contraignantes au bon fonctionnement du secteur.  Désormais, les banques européennes sont libres de reprendre leurs bonnes vieilles habitudes. Mais le feront-elles ?

Ceux d’entre nous qui ont travaillé dans ce secteur le savent, l’esprit d’entreprise n’est pas ce qui caractérise la banque en général (bien sûr, il y a des exceptions). En effet, une banque aura tendance à se conformer à ce que fait sa voisine plutôt que de prendre elle-même des initiatives. L’heure étant à la prudence au regard de l’impact négatif du confinement sur l’économie, il est peu probable que le secteur commence à endosser un rôle proactif en usant des mesures d’allègement réglementaires.

Durant ces dernières années de contraintes, les banques ont préféré jouer la carte de la conformité plutôt que de s’attarder à créer de la valeur. De nos jours, l’ADN d’un établissement bancaire est déterminé par ses administratifs qui veulent à tout prix éviter de prendre des risques susceptibles de les engager personnellement. La poursuite d’un objectif lucratif est devenue très secondaire. (Une grande banque d’aujourd’hui survit financièrement grâce à sa position de monopole et ses acquis du passé).

Enfin, la politique monétaire de taux d’intérêt zéro, voire négatif, fragilise les banques européennes.  En effet, quand les taux sont bas, la marge d’une banque diminue (marge = différence entre sa ressource de financement et le taux qu’elle peut appliquer sur ses prêts à la clientèle) et son activité de crédit  devient  moins  rentable.  Pour s’en sortir, la banque doit s’engager davantage en termes  de  volumes  de  prêts,  ce qui implique mécaniquement un accroissement de son exposition aux risques issus de ses nombreux emprunteurs. Bien sûr, ce n’est pas une position très confortable, surtout quand le paysage macro-économique s’assombrit.

Dans leur immense sagesse, les autorités bancaires européennes ont instauré une multitude de réglementations qui, conjuguées à une politique de taux bas, ont étouffé le potentiel du secteur. De nombreuses banques, à l’instar de la Deutsche Bank en Allemagne, sont devenues des morts-vivants.  Les mesures d’assouplissement d’aujourd’hui ne suffiront sûrement  pas  à  renverser  une  situation qu’elles  ont  elles-mêmes créée. Des actions plus directives seront nécessaires pour remettre en marche la machine à  crédit,  vitale au  bon  fonctionnement d’une économie moderne, que représente le système bancaire.

 

Colonne par Steven Groslin, Executive Board Member et Portfolio Manager chez ASG Capital.

 

ASG Capital est une Société de Gestion régulée. L’information présentée est à des fins éducatives seulement et n’a pas intention d’offrir ou solliciter la vente ou l’achat de valeurs mobilières, d’investissements ou de stratégies de placement spécifiques. Les investissements comportent des risques et, sauf indication contraire, ne sont pas garantis. Assurez-vous d’abord de consulter un conseiller financier et/ou un fiscaliste qualifié avant de mettre en oeuvre toute stratégie dont il est question dans le présent document.

Author: Fabien
This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.