Miami Office
150 SE 2nd Avenue, Suite 704
Miami, FL 33131
United States

Le marteau et l’enclume

  • Posted by: Fabien

Vous pouvez retrouver cet article sur le site de Boursorama

 

Les fonds obligataires classiques en Euro font face à un dilemme de taille, notamment ceux mandatés pour investir sur des actifs ‘de qualité’, comme les obligations souveraines par exemple. Ces fonds portent principalement dans leurs livres des actifs ayant un retour sur investissement faible voir négatif. Par le passé, les dynamiques couplées de baisse des taux et de resserrement des spreads (prime de risque qui différencie les différents types d’obligations entre elles) fournissaient un potentiel de plus-value de ces actifs, permettant à ces fonds d’afficher des performances positives.  Désormais, cette fenêtre d’opportunité semble être fermée.

Suite à la crise de 2020, la Banque Centrale Européenne (BCE) a réagi offensivement.  Elle a choisi d’investir massivement dans les marchés de crédit, pour contrer l’évolution négative des primes de risque en maintenant des taux d’intérêts bas. La situation devenant particulièrement urgente afin d’éviter un désordre financier dans l’Eurozone, cette institution a eu la main particulièrement lourde dans l’application de cette politique. Lors de cette phase de stabilisation des marchés, les fonds obligataires cités ci-dessus n’ont pas pu pleinement profiter d’un élargissement des spreads pour capter des actifs ayant un retour sur investissement supérieur. Ils auraient pu le faire si cette intervention n‘avait pas eu lieu aussi promptement.

Aujourd’hui, la BCE se trouve face à un volume considérable de nouvelles émissions des gouvernements pour relancer leurs économies nationales. Ces nouvelles dettes forment une alternative pour l’épargne déjà investie sur des obligations existantes. Dans le meilleur des cas, la BCE arrivera à subvenir à ce besoin de financement sans perturber l’équilibre actuel du marché obligataire. Ces nouveaux instruments proposeront à leur tour un retour sur investissement similaire à celui du passé, à savoir du rendement négatif. En revanche, si la BCE se trouvait submergée par cette vague de dettes nouvelles, la pression deviendrait alors trop importante sur les taux d’intérêts, ce qui pourrait les faire évoluer fortement à la hausse.

Toujours privés d’un retour sur investissement intéressant, les fonds obligataires classiques en Euro devront dévoiler les pertes latentes d’actifs à rendement négatif qu’ils ont été contraints d’acquérir par le passé, à travers leur mandat. Sans dynamique de baisse des taux leur permettant de générer des plus-values, ces fonds seront très exposés à l’éventualité d’une hausse des taux engendrée par ce volume considérable de nouvelles obligations arrivant sur les marchés. Ils risqueraient alors d’être pris entre le marteau et l’enclume.

 

Colonne par Ygal Cohen, Président, Fondateur, Membre du Conseil d’administration, Gestionnaire de portefeuille.

 

ASG Capital est une Société de Gestion régulée. L’information présentée est à des fins éducatives seulement et n’a pas intention d’offrir ou solliciter la vente ou l’achat de valeurs mobilières, d’investissements ou de stratégies de placement spécifiques. Les investissements comportent des risques et, sauf indication contraire, ne sont pas garantis. Assurez-vous d’abord de consulter un conseiller financier et/ou un fiscaliste qualifié avant de mettre en oeuvre toute stratégie dont il est question dans le présent document.

Author: Fabien
This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.