Miami Office
150 SE 2nd Avenue, Suite 704
Miami, FL 33131
United States

« J’en voudrais encore, Monsieur, s’il vous plaît ».

  • Posted by: Fabien Tabouret

Vous pouvez retrouver cet article sur le site de Boursorama.

Sans surprise, la Réserve Fédérale a réduit ses taux directeurs d’un quart de point fin juillet 2019.
Lors de la dernière conférence de presse, les commentaires flous de M. Powell furent une douche froide pour les marchés boursiers qui s’attendaient à un discours annonçant clairement d’autres baisses à venir. Mais non! Le président de la Fed a entretenu le suspense.
Côté marchés actions, les opérateurs ont affiché leur mécontentement, tel l’enfant se roulant par terre, déçu de son cadeau. Quant aux acteurs du monde obligataire, leur réponse fut plus nuancée, car beaucoup d’entre eux comprennent la profonde implication des dernières interventions de la Fed.
C’est la première baisse des taux aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans. A contre-courant des commentaires de ces dernières années, cette réduction du loyer de l’argent marque un revers de la stratégie monétaire antérieure. Qui plus est, l’activité aux Etats-Unis reste en apparence soutenue. Pourtant, la Fed décide quand même de baisser ses taux.
Cette baisse de -0,25% s’accompagne d’un arrêt de la réduction du bilan de la Fed (mieux connue sous le nom Quantitative Tightening ou QT) avec deux mois d’avance.
Ignoré de nombreux commentateurs, ce choix revêt une importance capitale. Par le passé, cette politique de QT avait renforcé les effets du resserrement monétaire des hausses de taux précédentes, notamment en 2018. Il faut donc souligner qu’à la baisse de juillet 2019 s’ajoute la fin du QT.
Relisant un texte à peine modifié du mois précédent, le discours de M. Powell était hésitant, sa gestuelle peu rassurante, son argumentaire creux et parfois dépourvu de cohérence. Comme s’il cherchait à se convaincre lui-même des choix monétaires de la Fed, M. Powell a semé malgré lui un flou. Ne souhaitant pas donner libre cours aux exubérances des marchés, il a cherché maladroitement à démontrer que la Fed gardait la main sur les leviers de contrôle monétaire. Nous sommes loin des exploits de communication incompréhensible du maître Greenspan déclamant cette fameuse phrase : «Si vous m’avez compris, c’est que je me suis mal exprimé.»
Les marchés savent que la Fed fera le nécessaire pour éviter tout désordre financier, à l’instar des autres grandes banques centrales du monde. De plus, la quantité de dettes à l’échelle planétaire ne peut pas supporter un retour aux taux d’intérêt du passé. Dans ce contexte, d’autres baisses des taux américains et/ou un nouveau Quantitative Easing (QE4) ne sont pas à exclure.
Pour des actifs obligataires en USD d’émetteurs de qualité, les rendements sont toujours au rendez-vous. Profitez-en pendant qu’il en est encore temps…

Colonne par Steven Groslin, Executive Board Member et Portfolio Manager chez ASG Capital.
Author: Fabien Tabouret
This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.