Miami Office
150 SE 2nd Avenue, Suite 704
Miami, FL 33131
United States

Crise de liquidité sur le marché du Repo

  • Posted by: Fabien

Vous pouvez retrouver cet article sur le site de Boursorama.

Septembre 2019 fut marqué par une crise de liquidité sur le marché du repo américain, un marché principalement animé par les banques. Cela s’est traduit par des coûts de financement, ponctuellement élevés. En réaction à cette situation particulière, la Réserve fédérale est intervenue afin d’apporter toute la liquidité nécessaire pour rétablir une normalité à ce marché.

Cette situation fut observée pour la dernière fois en 2008, lors de la crise financière. A cette époque, les causes identifiées étaient, d’une part, une méfiance dans le financement entre banques commerciales et, d’autre part, l’inconfort des intervenants concernés sur le collatéral proposé en garantie de ces emprunts à court terme (notamment celui adossé à des crédits immobiliers alors en pleine crise).

Le phénomène de septembre 2019 a surpris eu égard à la situation économique d’aujourd’hui qui est bien loin de l’effondrement du marché des subprimes onze ans plus tôt. De plus, la politique d’assouplissement monétaire, mise en place par la Fed dès la fin juillet avec l’arrêt du « quantitative tightening » d’août, était supposée pallier les futurs besoins de liquidité des marchés financiers. Ce qui, manifestement cette fois-là, ne semble pas avoir suffi.

Plus étonnants encore furent les commentaires de M. Bill Dudley, ex-Président de la Fed de New York. Il avançait les raisons de ce dysfonctionnement ponctuel comme étant une échéance de prélèvements fiscaux sur les entreprises privées américaines et un lancement d’émissions bons du Trésor. Tous deux auraient asséchés momentanément la liquidité disponible en US Dollar dans le marché du repo. Ses explications ont de quoi laisser perplexe, car ces types d’opérations sont parfaitement prévisibles pour une banque centrale comme la Fed. L’institution aurait dû anticiper avec des mesures de financement nécessaires. Alors pourquoi cette crise de liquidité ?

Une qualité du collatéral dégradée

Pour tenter de répondre à cette question, certains analystes mettent en lumière des raisons structurelles, liées en grande partie aux interventions des banques centrales mondiales, ainsi que des causes conjoncturelles.

Le premier élément structurel concerne la qualité du collatéral utilisé en caution pour les opérations de repo. Traditionnellement, ce sont des obligations d’État de première qualité qui sont utilisées pour ces transactions. Seulement voilà, les différentes politiques de rachats d’actifs par diverses banques centrales depuis 2008 ont progressivement asséché la disponibilité de ce type d’instruments sur les marchés. Désormais, les intervenants dans l’univers du repo proposent à leur place des obligations d’entreprises, actifs considérés de seconde qualité. Au regard du ralentissement d’activité économique mondiale, la prime de risque pour accepter ces obligations en collatéral aurait augmentée d’une façon significative en septembre 2019, ce qui s’est traduit par un coût du financement en repo plus important.

Le deuxième élément structurel concerne la mise à disposition de liquidité par les banques commerciales américaines. Contraintes par la réglementation d’un côté et encouragées par une rémunération de leurs réserves d’un autre côté, ces entités bancaires préfèrent déposer leur liquidité auprès de la Fed plutôt que la mettre à disposition du marché du repo.

Un volet conjoncturel nourri

Le marché du repo se retrouve donc avec une qualité du collatéral dégradée, face à une liquidité qui n’est pas toujours au rendez-vous, à laquelle s’ajoute un volet conjoncturel.

Depuis de nombreux mois, la demande internationale pour le USD et des actifs obligataires dans cette devise ne fait que croitre. Incertitudes géopolitiques à Hong Kong et au Moyen-Orient, anticipations de futures baisses des taux aux États-Unis s’ajoutant aux capitaux venant des zones à taux d’intérêts négatifs en quête d’un retour sur investissement, se sont agrégés pour perturber les flux habituels d’obligations et de liquidité sur le marché du repo, d’où le dysfonctionnement de septembre 2019.

Les conclusions de cet incident sont très pertinemment résumées par M. Gundlach du fonds d’investissement DoubleLine. Ce dernier estime que le marché du repo américain a été plus ou moins sous tension depuis la fin 2018 et que cette situation risque de durer pour quelques temps encore. Il suggère que les dernières interventions de la Fed sur le mois de septembre ne sont en réalité qu’un préambule à une prochaine campagne de rachats d’actifs. Un genre de « Quantitative Easing 4 light».

Pour Michael Howell de CrossBorder Capital, les politiques accommodantes en Europe, en Chine et au Japon peuvent être regardées sous l’angle de la guerre des monnaies à l’encontre du US Dollar. Il estime que ni l’administration Trump, ni la Fed ne pourront y rester insensible encore très longtemps, et considère que la banque centrale américaine risque très prochainement d’ouvrir à son tour ses vannes de liquidité.

 

Colonne par Steven Groslin, Executive Board Member et Portfolio Manager chez ASG Capital.

Author: Fabien
This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.